La Lotus Elise

HISTOIRE D'UNE ICÔNE - 05.09.2017

C'est l'histoire d'une marque anglaise qui, tombée dans l'oubli, renaît de ses cendres à l'aube du nouveau millénaire. C'est aussi l'histoire d'une voiture belle de nature avec ses ailes musclées et sa tête de squale. Ça, c'est l'histoire de Lotus et d'Elise, sa voiture iconique.

La Lotus Elise
Elise
Next

Milieu des années 90 : Lotus n'existe presque plus. Les voitures ne se vendent plus, et la Team Lotus en F1 dépose définitivement le bilan à la fin de l'année 1994. General Motors cherche alors à vendre sa filiale. Rien ne va. Et pourtant, c'est à ce moment qu'un homme croise la route d'une maison en crise : l'homme providentiel se nomme Romano Artioli. On lui doit déjà la renaissance de Bugatti – pour renforcer ses troupes italiennes, l'homme mise sur les compétences exceptionnelles du Lotus Engineering. Artioli rachète alors Lotus Group et, sans attendre bien longtemps, met les techniciens sur un projet destiné à mettre au monde une nouvelle voiture ultra-légère censée renouer avec la grande tradition des roadsters sportifs ! Ainsi née Elise, un petit bolide qui ne concède ni confort et ni même au luxe, baptisée du nom de la petite fille d'Artioli.

Ici, ni moquette, ni porte-gobelets, ni vide-poches : la conduite prime ! Elise, c'est aussi cette voiture qui renoue avec l'esprit de Colin Chapman, fondateur de Lotus : "la vérité est dans la légèreté". Car légère, la voiture l'est : révolutionnant le monde de l'automobile sportive lorsqu'elle arrive sur le marché en 1996, la Lotus Elise créée un véritable choc. Au contact direct avec la route, voici une automobile qui offre un plaisir simple et sans artifice. Sans surprise, Elise est un grand succès commercial.

Constituée autour d'un châssis monocoque construit en aluminium extrudé collé, la voiture est non seulement très légère mais également extrêmement rigide. Ce châssis, à peine aménagé, est d'ailleurs utilisé en course avec des voitures dépassant 600 cv. Pour contenir le poids, une approche sans concession a été adoptée, et la voiture est très peu équipée : exit l'assistance de direction et de freins, pas de condamnation centralisée des portes, encore moins de lève-vitres électriques ni de rétroviseurs électriques... Elise a tout dans le moteur choisi, le Rover "K" de 1800 cc qui développe 120cv. Et la conduite n'en est que plus instinctive ; sur les petites routes désertes, de préférence généreuses, l'Elise de Lotus se dévoile franchement. Un véhicule au prestige efficace, apparenté avec le monde de la course.

 

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.