Les Chapeaux de la Maison Michel

HISTOIRE D'UNE ICÔNE - 03.09.2015

Depuis qu'elle est à la tête de Maison Michel, Laetitia Crahay a transformé le chapeau en objet du désir. C'est elle, la femme au chapeau par qui s'opéra l'exit du style baroque. Oui, l'époque est aux couvre-­chefs Maison Michel, tout en mystère, en retenue, et parés d’élégance. 

Les Chapeaux de la Maison Michel

Imaginer des modèles qui mettent les femmes en valeur ; telle est la philosophie de celle qui est à la tête de la création des chapeaux Maison Michel depuis 2006. La maison, et peu le savent, existe depuis 1936 – c 'est à Auguste Michel que l'on doit la fondation de la chapellerie. Depuis, Chanel a repris la manufacture, faisant ainsi entrer son savoir-faire parmi les 11 ateliers des Métiers d'art de la maison de la rue Cambon. Et c'est justement là, depuis son bureau, que Laetitia Crahay use de son univers surréaliste pour imaginer des couvre-chefs faisant sensation, mais tout en discrétion. Tout l'attrait des chapeaux Maison Michel réside dans cette équation : ils allurent d'une l'élégance toute parisienne, donnent du style à la silhouette, ponctuant ainsi la femme d'une virgule toute aristocratique. Le processus de fabrication est quasiment identique à celui employé par Auguste Michel : cela débute par une pièce apprêtée avec une gomme arabique, pour lui donner une meilleure tenue : le feutre est une pâte à modeler. Puis, la modiste la place sous une cloche à vapeur pour l'assouplir et la rendre plus malléable. Très rapidement, et avec une impressionnante dextérité, elle la sculpte sur une forme, faite comme un moule en bois de tilleul ; un second passage sous vapeur, et la chapelière replace le feutre sur la matrice, l'étirant pour préparer les bords et discipliner la calotte. La matière sera ensuite fermement bloquée sur le bois par des ficelles ; maintenue par un jonc en osier, mouillée sur sa partie voutée, le  chapeau est à présent dressé dans sa forme finale.

En huit décennies d'existence, Maison Michel a réuni un répertoire large de 4000 formes. Autant de styles de chapeaux dont Laetitia Crahay se sert pour obtenir la proportion parfaite de ses couvre-chefs. Car, si Laetitia Crahay chérit l'héritage de la maison, elle n'en demeure pas moins détachée pour créer. Preuve en est s'il en faut, le Virginie - parfaite combinaison entre ce savoir-faire et ses aspirations contemporaines - est l'icône de la maison avec sa calotte en forme de virgule initiée en 2007 par la chapelière. La créativité de celle qui aussi dessine les accessoires de Chanel l'amène à composer le Virginie dans un jeu de textures : en feutre de lapin, de castor, enveloppé de cuir ou en paille tissée à la main, le chapeau se pare tantôt de couleurs sages, tantôt de teintes plus éclatantes. Il est à mi-chemin entre le tribly et la capeline  – ses bords larges, légèrement tombants, entourent de mystère la belle qui le pare tant il devient impossible de croiser directement son regard... L'instigatrice de cette aura très énigmatique, finalement un peu surnaturelle, c'est Virginie Viard, le bras droit de Karl Lagerfeld depuis presque 30 ans, une grande amie de Laetitia Crahay. Et ce printemps, Karl Lagerfeld a justement imaginé pour Maison Michel 5 chapeaux exclusifs hérités de ses muses d'aujourd'hui ; ils s'appellent Karlie, Anja, Poppy, Cara, et Kendall...

Notez cet article: 

Faire un lien vers cet article

Ajouter Un Commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.